29/04/2008

Slam

Dernièrement comme je l'ai signalé, votre serviteur se prend des vélléité d'écriture. C'est à la suite d'un reportage sur le slam et plus particulièrement sur Grand Corps Malade que j'ai pondu le truc qui va suivre. J'en suis pas tout à fait satisfait, et c'est un premier essai dans le style...J'attends vos commentaires et conseils...

Chiens et Loups 

 

Il est des jours et des moments ou tu voudrais hurler

Comme un loup, comme un fauve, un animal blessé

Colère, souffrance, révolte et amertume

Que tu voudrais en une nuit hurler à la pleine lune

"La force du loup c'est le clan. La force du clan c'est le loup"

Mais c'est toujours tout seul que tu te prends les coups

Tu t'abats,  tu te caches et  tu lèches tes plaies

Certaines s'infectent salement et ensuite tu hais

Tu hais l'amour, tu hais les gens, tu hais l'espoir

Et puis tous ces moments avec elle dans le noir

Mais plus encore tu te hais d'avoir un jour rêvé

D'une vie parfaite, tendre passée à ses côtés

Tes lèvres se retroussent sur un rictus cynique

T'es pas un loup mais juste un chien de cirque

Tu baves, tu grognes et parfois r'mue ta queue

D'autres maîtresses viennent mais ca ne va pas mieux

T'es pas un loup mais juste un chien meurtrit

Rongé par la douleur dans un coin tu gémis

Pour un loup une louve, la nature est bien faite

Mais pour les chiens, les hommes, toujours la prise de tête

Alors tu baves, tu grognes, remue ta queue parfois

Et tu chasse la femelle, libido aux abois.

Plus d'illusions, plus de passions, dans la raison tu fuis

Tes sentiments contrôlés  tout au fond tu enfouis

T'aimerais aimer comme avant, sans aucune condition

Mais avant ça mon pote t'apprendra le pardon

Celui qu'on donne, celui qu'on reçoit

Mais plus encore mon pote celui que l'on se doit

Rien n'est acquis dans ce monde, tout se balance

Tout peut changer en une seconde et ça te fout la transe

Dans tes oreilles Noir Desir chantent les Ecorchés

Tu voudrais de la tendresse, t'as que d'l'obscurité

T'es pas un loup mais juste un chien perdu

C'tait pas une louve mais une chienne qui t'as eut

Tu baves, tu grognes et parfois remue la queue

En espérant qu'un jour le temps soigne tes bleus

T'y crois plus réellement aux promesses sacrées

Pas plus que tu n'arrive vraiment à les abandonner

Tu rêves d'une nouvelle louve, être le mâle alpha

De recréer une meute avec des p'tits à toi

T'es pas un loup, mon pote, mais juste un chien battu

Ca n'existe pas les louves ou t'en a jamais vu

Faut une fin à ce slam, quelque chose qui percute

Même un chien à besoin d'ça, quelque chose comme un but…

 

16:44 Écrit par Catalyseur dans Général | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

07/04/2008

No comment...

Fuck you
(Archive)

There’s a look on your face I would like to knock out
See the sin in your grin and the shape of your mouth
All I want is to see you in terrible pain
Though we won’t ever meet I remember your name
Can’t believe you were once just like anyone else
Then you grew and became like the devil himself
Pray to god I can think of a nice thing to say
But I don’t think I can so fuck you anyway
You are scum, you are scum and I hope that you know
That the cracks in your smile are beginning to show
Now the world needs to see that it’s time you should go
There’s no light in your eyes and your brain is too slow
Can’t believe you were once just like anyone else
Then you grew and became like the devil himself
Pray to god I can think of a nice thing to say
But I don’t think I can, so fuck you anyway
Bet you sleep like a child with your thumb in your mouth
I could creep up beside put a gun in your mouth
Makes me sick when I hear all the shit that you say
So much crap coming out it must take you all day
There’s a space kept in hell with your name on the seat
With a spike in the chair just to make it complete
When you look at yourself do you see what I see
If you do why the fuck are you looking at me

Why the fuck are you looking on me mmmh
Why the fuck are you looking
Why the fuck why the fuck are you looking at me

There’s a time for us all and I think yours has been
Can you please hurry up cos I find you obscene
We can’t wait for the day that you’re never around
When that face isn’t here and you rot underground
Can’t believe you were once just like anyone else
Then you grew and became like the devil himself
Pray to god I can think of a nice thing to say
But I don’t think I can so fuck you anyway

So fuck you anyway

http://www.dailymotion.com/video/x4xeg0_archive-fuck-you_music

09:47 Écrit par Catalyseur dans Général | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

25/03/2008

Le gras, c'est la vie !

Oui, je le clâme haut et fort : le gras, c'est la vie !!! Et j'assume, ronidju !!! Bon, aller, j'avoue, mais uniquement parce que je sais que ca va en rendre un maximum malade d'envie...Je peux bouffer n'importe quoi en n'importe quelle quantité, je ne prends pas un gramme. Cool

 

Alors je vous raconte même pas ce qui peut se passer quand votre serviteur s'associe à un de ses vieux amis, B., lui aussi jeune trentenaire divorcé aux tendances bon vivant prononcées. Qui plus est, l'ami B. est accessoirement en dernière année de traîteur-restaurateur, études qu'il a reprit en cours du soir pour le simple plaisir. Donc par exemple hier nous avions décidé de nous faire un repas "le gras c'est la vie !". Au menu, une lasagne maison...Mais pas n'importe quelle lasagne. Déjà la pâte est fraîche et faite maison avec pleeeeeinnn d'oeuf dedans...Ensuite la béchamel est améliorée avec un peu plus de beurre et surtout à la crême fraiche entière plutôt qu'au lait, ce qui aurait pu nous priver d'une bonne dose de matière grasse et de calories superflues : quelle horreur !

 

Ca me rappelle aussi la fois ou on s'est tapé des steaks béarnaises de 500 gr avec un océan de sauce pour deux et une montagne de frites. Je repense avec émotions à ces 700 grammes de beurre de ferme fondant doucement dans le poelon avant qu'il y ajoute les oeufs et les herbes. Je me souviens avec nostalgie à ce coup de fouet régulier et vigoureux pour bien faire lever la sauce, la rendre onctueuse à souhait, les herbes arômatiques fraiches embaumant l'air...Qu'est-ce qu'on s'en est foutu plein la panse, bordel !

 

Et vous, dans cette société ou on nous fourgue du light et du bio à chaque coin de rue, c'est quoi le dernier scandale culinaire que vous vous êtes fait ?

 

10:01 Écrit par Catalyseur dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

10/03/2008

Be yourself...comme tout le monde !

Or donc...(toutes les histoires truculentes commençent parait-il par "or donc" !)...Votre serviteur s'est explosé le dos en glissant dans les escaliers et suite à moultes péripéties qui ne me laissent que trop de cruels souvenirs pour que je m'y attarde, j'ai grosso modo été en arrêt maladie durant quasi un mois. Une part du problème est tout simplement un bon vieux burn out des familles suites aux diverses agitations peu agréables qui ont animés ma vie durant les deux ou trois dernières années.

Bre, une fois le dos retapé jusqu'au prochain coincements insoutenable de douleur (ce qui arrive en moyenne une fois tous les deux ans), restait le gouffre incommensurable de mon moral face à la vacuïté insupportable de la vie. Mais j'ai la chance d'être bien entouré par des parents et des amis qui savent autant respecter mes souffrances que m'offrir leur aide ou des distractions pour échapper à mes petites difficultés quotidienne. Or donc, disais-je en préambule, la Louloute, jeune femme étudiante de son état, 19 ans, gaulée comme une déesse, sensuelle comme une succube, fondue de la tête, étrange mélange entre désespoir criant et naïveté touchante, insomniaque, mangeant moins qu'un moineau anorexique et, malgré les émeutes de mâles en rut à chacune de nos sortie en boite, persuadée "qu'elle n'est pas si canon que ça tout de même !" (sic)...Or donc la Louloute dans un élan de générosité toute féminine avait décidé de nous organiser une aprem' d'activités en tête à tête pour me regonfler le moral.

Je précise "dans un élan de générosité toute féminine" parce que la première étape de son programme se trouvait être une séance "shopping-relooking" pour votre serviteur. Donc il s'agissait de faire un truc que je déteste, et qui en plus va me ruiner...

 (Interlude du dialogue approximatif :

-"histoire que t'arrête de ressembler à un trentenaire divorcé"...

-"ta gueule gamine, au lieu de sucer ton pouce, suce ma...!"...

-"t'es vraiment con"...

-"ouais, je sais"...

-"en plus tu sais que j'aime pas le sexe et que tu ne tiendrais pas 4 minutes 30 au plumard avec moi avant de jouir"

-"j'en cogne, moi j'aurais pris mon pied, je pourrais me retourner et dormir et c'est toi qui aura l'air d'une conne avec to gode à la main pour te finir"

-"t'es vraiment d'un cynisme dégueulasse mon vieux !"

-"je sais, c'est pour ça que tu ne peux pas te passer de moi !"

-"Connard !...Bon, on y va essayer de te trouver de nouvelles fringues un peu mode ou pas ?

Fin de l'interlude)

Autant le dire tout de suite, entre une aprem' de shopping en ville et un arrachage de dents de sagesse avec complications je prends le second, au moins c'est sous anesthésie. Mais bon, j'aime bien ma nymphette, elle me change les idées et puis pourquoi pas, sait-on jamais, je trouverai p't'être un truc ou l'autre qui me plairont. Toute contente, la Louloute évolue avec sa souple grâce féline au travers de la foule sur les trottoire, m'amenant d'un bon pas vers la plus grande rue commerçante de la ville de Namur. Moi, je la suis derrière d'un bon pas...(elle, se retournant "putain, je le savais...Tu mates mon cul !". Moi, haussant les épaules "c'est pas une nouveauté ça, une seconde sur deux je mate ton cul ou tes seins, tu le sais bien". Elle, "t'arrête jamais ?". Moi "non...tu savais pas qu'un mec à le cerveau à un mêtre du sol ?")...Soudain le dialogue d'une haute spiritualité s'interrompt et je vois son doux et juvénile visage s'éclairé d'un éblouissant sourire, une étincelle d'excitation brillant dans son regard bleu-vert : elle a vu un truc dans une vitrine. Dans la minute nous sommes dans le magasin, horriblement mode et cher, il va de soit. Le rockeur-grungie-classico-rebelle que je suis mentalement se hérisse à la simple vue des tonalités des fringues exposées mais bon, j'ai promis !

Arrive à ce moment l'inévitable vendeur, la coupe de cheveux hyper-tendance, le grand méchant look d'un négligé soigneusement étudié et parfaitement artificiel et bien entendu, les inévitables intonations et petites manières qui dénote immédiatement le bon vieil homo qui bosse dans la mode : un putain de cliché sur patte...Je blémis anticipativement rien qu'à imaginer l'association de cette tata de compet' et d'une Louloute en pleine hystérie fashionno-dépensière. Ca va chier pour mon matricule, je le sens ! Et ça ne rate pas ! Le deal étant que je me pliais sans rouspeter à tous les essayages qu'elle me propose durant 45 minutes avant de pouvoir émettre la moindre critique, je me retrouve à enchaîner les changements de tenue au rythme des délires de mes deux tortionnaires shooté au bubble gum rose. Je me fais l'effet d'être une saloperie de poupée barbie qu'on désappe et qu'on change frénétiquement en s'esclamant à qui mieux mieux sur la magnificence du résultat. Je crois que je suis passé par le look de Renato dans la cage au folle (polo rose et costume blanc), le Tché version tiny toons, Cow-Boy Brokeback Mountain et peut-être aussi Jim Carrey dans "The Mask". Je crois que je vais dégueuler mais je tiens bon, je la ferme...Toutes les deux tenues, l'un ou l'autre de mes bourreaux m'enjoint à garder une pièce ou l'autre "pour examen ultérieur quand on aura mieux cerné ton style"...Pour ma part, je réagis avec bonne volonté mais machinalement, plongé mentalement dans Fight Club ("C'est à ça que ressemble un mec de nos jours ?"..."Vous entrez dans votre caverne intérieur ou vous rencontrez votre animal porteur de force"...) pour tenir le choc.

Après 53 minutes, je sors pour la ènième fois de la cabine d'essayage et je vois mes deux cocos me regarder avec un large sourire presque émut et plein d'une légitime satisfaction, éblouit par l'extrême goût avec lequel ils ont amoureusement composés cette ensemble à leurs yeux parfait pour votre serviteur. Puis, j'avise à l'horloge que le délai de silence est passé...Ils suivent mon regard et sourient plus largement encore, me lançant un "Alors, franchement...Qu'est-ce que t'en penses ?"...C'est là que j'ai pas pu m'empêcher...Pourtant j'aurais du...Ils s'étaient donnés un mal fou...Retournés la moitié du magasin à la recherche que quelques perles rares à ajouter à ma parure...C'est pour ça que j'aurais du me retenir...Mais j'ai pas pu...Avec un petit rictus cynique, j'ai laché un plat et laconique : "C'est joli mais il est ou le rayon homme ?"

J'ai vu Steevy s'éffondrer, décomposé, flagellé par l'insulte...La Louloute me fixait avec une douce lueur bovine brillant dans son beau regard éteind sous le choc...Moi je suis rentré dans la cabine pour remettre mes fringues à l'arrivée, interieurement mort de rire...J'ai rien acheté dans ce magasin...D'ailleurs la Louloute a abandonné l'idée de faire du shopping avec moi ou de me refringuer...Je l'avais prévenue. Moqueur

14:13 Écrit par Catalyseur dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

08/02/2008

L'angoisse de la page...euh...noire

Pfffftttt....Ca fait déjà une grosse quinzaine que je n'ai plus rien posté ici. Qui l'eut cru, hein ? :) Au risque de me répéter je suis une putain de faignasseeeeeuuuuuhhhh !!!! Je n'aime pas me forcer à faire quelque chose, même si c'est quelque chose que j'apprécie généralement de faire. Tout est une question d'énergie et d'instants propices. Et puis de toute façon, tout le monde s'en cogne de mon blog, moi le premier, et c'est très bien comme ça...Pour vivre heureux, vivons caché parait-il.

Mais bon, sous l'influence d'une nouvelle rencontre récente dont j'admire le travail, le talent d'écriture et surtout la constance dans la tenue de son blog et ses différents travaux littéraires de ci de là, je me dis que ce ne serait pas mal de me remettre à écrire régulièrement. Parce que oui, chers lecteurs abhorrés, Catalyseur à des véléités d'écriture...il se targue de vouloir un jour sans doute pondre un roman...qui à dit "collection Arlequin" !!!!???!!! Fusillez-moi ce crétin et exterminer sa famille après viol de tout le monde y comprit du chien !!!...Et c'est pas moi qui m'y colle, ronidju...Vous savez bien que mon truc c'est le lance-flamme...Mais je m'égare. 

Bon, ou en étais-je...Ah oui...L'envie d'écrire un roman. Sombre le roman, cela va de soi...(regarde autour de lui, l'oeil noir, pour voir s'il y a un autre plaisantin tenté par l'extermination...rassuré, poursuit...). J'ai plein d'idées mais bon, rien de bien nouveau sous la lune (j'aime pas le soleil !!!). Comme style j'hésite entre le thriller psychopathe, le policier psychopathe, le fantastique psychopate ou l'érotique psychopathe...euh, oui, j'aime bien les psychopathes. Non que je me sente proche d'eux (quoique ?...naaaan, je rigiole) mais bon, j'ai une sorte de fascination-répulsion pour les côtés les plus noirs de la nature humaine.

D'ailleurs, chaque fois que j'ai écris le background d'un personnage pour un jeu de rôle, il se passait quasi systématiquement un évènement glauque et traumatisant  dans leur passé qui d'une façon ou d'une autre créait une fêlure, un basculement vers un côté obscure profondément enfouis en eux...Des exemples ?...Vraiment ?...Vous êtes sur ?...Non parce que franchement, c'est glauque de chez glauque...Bon, vous l'aurez voulu...

Un petit garçon de 7 ans séquestré durant 2 ans par son père alcoolo qui le violait tous les soirs et qui a finit par tuer ce dernier de 86 coups de marteau un soir ou il était abrutit par la bibine, comptant chacun des coups avec un sentiment de plaisir libératoire profond avant de s'enfouir dans la rue et de devenir tueur à gage...Mignon.

Une jeune adolescente surdouée, hackeuse de génie, qui s'est faite repérée par la mafia mexicaine alors qu'elle venait de détourner plusieurs millions de dollars de leur compte vers des oeuvres charitatives. Torturée, violée, écorchée, excisée, défigurée pendant 16 heures d'affilée par 5 fondus camés au crack qui cautérisaient les plaies au chalumeau parce que ce serait trop con qu'elle meure trop vite...Aimable non ?

Je m'arrête là pour l'instant. Terminez de vômir...voilà un serviette...Vous voulez un verre d'eau ?....Bon.

Vous croyez que j'ai une chance d'être publié un jour ? :)

14:01 Écrit par Catalyseur dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

23/01/2008

Réveil

6h30, le vieux radioréveil se met en marche. Comme un chuchotement, à peine audible, mais cela suffit à amener l'homme qui dort seul dans ce lit immense jusqu'aux rives de la conscience. Sa respiration jusque là calme s'accélère légèrement, se fait plus hachée aussi tandis qu'il se retourne pour chercher de la main le bouton qui lui offrira 9 minutes de paix supplémentaires. La respiration s'apaise à nouveau, les plumes de la couette crissent légèrement tandis qu'il reprend une position plus confortable pour profiter de ce répit volé à cette nouvelle journée qui commence. 

La scène se reproduira deux ou trois fois, amenant l'homme chaque fois plus proche du réveil véritable. Finalement, avec un soupire entre agacement et fatalisme, il allume la lampe de chevet dont l'intensité blesse ses yeux encore gonflé de sommeil. Un grognement de profonde insatisfaction monte un instant de sa poitrine alors qu'il se redresse pour s'adosser à un cousin qu'il replace d'une main molle contre la tête du lit. La radio du réveil crachote une musique qu'il entend à peine. Il regarde autour de lui, sa chambre, la grande pièce de tissu bleu nuit piquetée de petite tache de peinture phosphorescente qui recouvre le plafond, lui offrant un ciel étoilé au cœur même de la douillette chaleur de ses nuits solitaires. 

D'un geste machinal il va cueillir une cigarette dans le paquet abandonné nonchalamment sur la partie autrefois occupée du lit, près du pc portable, de quelques BD. Le claquement métallique du briquet zippo, l'odeur vaguement écœurante du tabac dont il emplit ses poumons avec un sentiment entre satisfaction et répugnance. Il sait pourtant que ce type d'attitude est d'un nullissime absolu, d'un beauf' consommé mais seul un triste rictus cynique suit cette pensée fugitive. Who cares ? Il ne partage plus sa vie avec quelqu'un et cela fait des mois que personne ne l'a rejoint dans son lit. Alors, qu'est-ce que ça peu bien foutre s'il fume au plumard comme un connard, dès le réveil ?!?

Alors que son esprit fouetté par la nicotine retrouve un peu de vivacité, le son crachotant de la radio commence à l'insupporter, comme chaque matin. D'un geste un peu rageur, il l'éteint avant d'écraser la cigarette dans l'immonde cendrier du plus mauvais goût possible qui traine sur la table de nuit. Encore une fois la vue du squelette avachi qui forme la garniture de l'objet lui tire une petite moue ironique. Qu'est-ce que ce truc est moche ! Mais à nouveau, il s'en fout complètement, à limite, il s'en amuserait plutôt. Petite touche de provocation gratuite et sans finesse.

Finalement il repousse la couette dans un soupire à fendre l'âme. Il aurait bien dormit encore, mettons, deux ou trois ans. Mais il sait que ce n'est pas comme ça que fonctionne le monde, la vie, sa vie. Il se lève, s'étire un peu mais le plafond bas de cette chambre sous les toits l'empêche de déployer son mètre quatre-vingt sept. Il se dirige vers les velux, relèves les stores qui les occultent pour jeter un œil sur la nuit qui entoure encore le calme quartier résidentiel ou il a sa maison. Clac-clac. Les fenêtres son entrouvertes, l'air frais pénètre dans la chambre, chassant un peu l'odeur du tabac qui refroidit…Une nouvelle journée commence.

11:03 Écrit par Catalyseur dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

22/01/2008

Ouaaaahh !!! Trop fort !!!

D'un oeil distrait je regardais vaguement mon blog pour voir si au cas ou (on ne sait jamais !) il n'y aurait pas un commentaire ou l'autre qui traine quand soudain mon regard noisette fatigué par la rudesse d'une vie virile au grand air conditionné de bureaux au sein de tours de verre et d'acier se pose sur le compteur de visite...hein ???.....hein ????....Quoi ????....Ca va pas la tête ???...Mais qu'est-ce que c'est que tout ces gens qui viennent me voir ???...

Parce que au début du mois quand j'ai repris l'écriture de ce blog, je tournais dans les 98000...Et la, je vois que ça augmente gentiment d'une centaine de visite par jour plus ou moins...103000 et des poussières...Votre serviteur ne comprend pas mais s'en trouve fort aise. Par contre là, c'est l'angoisse d'un coup !!! Ben oui, tant que j'écrivais, que tout le monde s'en foutait, que personne ne venait voir, je pouvais me permettre de glander, de raconter n'importe quoi, d'être odieux, incompréhensible...Mais là, je vais devoir faire un effort pour être intéressant et ainsi respecter le public en folie qui se rue sur ma prose insignifiante...Je me dois à eux !!!...

... 

...

...

...

...

Hum... 

...

...

...

Dites...J'espère que vous n'y avez pas cru tout de même !!! Non, parce franchement, je vous hais !!!..............Mais merci tout de même pour votre visite. Clin d'oeil

10:13 Écrit par Catalyseur dans Général | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

18/01/2008

In Tyler we trust !

...And you open the door and you
step inside. We're inside our
hearts. Now, imagine your pain as a
white ball of healing light. That's
right, it's your pain the pain
itself is a ball of
healing light.

i don't think so

This is your life
Good to the last drop
doesn't get any better than this

This is your
life, and it's ending one minute at
a time.

This isn't a seminar
This is no weekend retreat
Where you are now
You can't even imagine what
the bottom will be like
Only after disaster can we be resurrected
It's only after you've lost
everything that you are free to
do anything

Nothing is static
Everything is evolving
Everything is falling apart
This is your life
It doesn't get any better than this
This is your life
And its ending one minute at a time

You are not a beautiful and unique snowflake
You are the same decaying organic
matter as everything else
We are all part of the same compost heap
We are the all singing, all
dancing crap of the world

You are not your bank account
You are not the clothes you wear
You are not the contents of your wallet

You are not your bowel cancer
You are not your grand latte?
You are not the car you drive
You are not your fucking khakis?

You have to give up
You have to give up
You have to realise that someday you will die
Until you know that, you are useless.

I say let me be never complete
I say may I never be content
I say deliver me from Swedish furniture
I say deliver me from clever art
I say deliver me from clear
skin and perfect teeth

I say you have to give up
I say evolve and let the chips
fall where they may
This is your life


Doesn't get any better than this
This is your life
And its ending one minute at a time

You have to give up
You have to give up
(I want you to hit me as hard as you can)
Welcome to Fight Club
If this is your first night,
you have to fight.

( Dust Brothers/Tyler Durden)

http://www.dailymotion.com/video/x37vr_the-dust-brothers-fight-club_music

13:24 Écrit par Catalyseur dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

17/01/2008

No comment...

Volontaire (B. Cantat/A.Bashung)

Emotions censurées, j'en ai plein le container
J'm'accroche aux cendriers et j'm'arrange pas les maxilaires
Sélection rythmique, sélection d'combat, effets secondaires
C'est elles, séquelles, c'est tout c'qui me reste de caractère

Têtes brûlées, j'ai plus qu'à m'ouvrir le canadair
N'essayez pas d'm'eteindre, j'm'incendie volontaire
Volontaire!
A l'analyse, ils sortiraient que j'suis pas d'équerre
Vol de nuit sur l'antartique, j'attends la prochaine guerre

Jamais d'escales, jamais d'contacts avec l'ordinaire
Perdus la boussole, le compas : erreur volontaire
Volontaire!

Frôler des pylônes, des canyons
Et frôler l'éphémère

Si tu touches, si tu t'crashes,
tu rentres dans le légendaire

Réalité, réalités, punition exemplaire
Si c'est pour jouer les fugitifs, moi j'suis volontaire
Volontaire!

15:19 Écrit par Catalyseur dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

16/01/2008

Totalement à l'ouest ou presque...

Et vous ? Ca va ?...Non parce que, vous comprenez, je viens de me relire pour constater la pathétique litanie plaintive de mes derniers écrit...C'est mal !!!...Donc fin des hululement douloureux à la lune...D'ou ma question : et vous, ça va ?

Evidemment je pourrais dès à présent me lancer dans un brûlot amer et incendiaire (logique pour un brûlot mais j'aime à insister sur l'image...pour ceux qui connaissent mon amour du lance-flamme) contre telle ou telle déviance ou absurdité inhumaine mais malheureusement trop humaine (notez la contradiction, s'il vous plait !) du monde ou nous sommes jeté et dans lequel on se débat comme des cons jour après jour.....................mais non, pas envie.

Donc j'en reviens une fois de plus à mon interrogation initiale : Et vous ? Ca va ?...La question n'est pas du pure forme, je vous l'assure...Pas de celle qu'on pose après un "bonjour" tout aussi méchanique et distrait quand on croise un collègue dans l'ascenceur le matin au boulot...Pas de celle dont on n'attend rien d'autre qu'un "Ca va" tout aussi plat et laconique que la façon dont la question est posée...Non, j'ai vraiment envie de savoir...Pas de faux-semblant, pas besoin de pudeur...On est sur le net, anonyme par définition...Alors...Qu'est-ce qui embellit votre vie pour l'instant ?...Quels sont les ameçons plantés dans votre bide et qui tiraillent votre sérénité ?...Comment allez vous vraiment ?...

10:22 Écrit par Catalyseur dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

10/01/2008

C'est décidé, j'arrête ! (résolution de nouvelle année)

Ouaip, comme dit dans le titre...Ca y est !...J'arrête de fumer....euh...des clopes, attention...ouaip...faut pas déconner...je ne fumerais plus que des petards...tout le temps...na...c'est bien ça...pas très productif, mais bien...relaxant quoi...et puis euphorisant aussi...bon, un peu narcotique aussi donc pas bien vif le garçon mais on s'en fout...non ?...plus qu'une quarantaine d'année à éviter la réalité...c'est chaud mais c'est faisable je crois...euh...pas trop en fait mais une étape à la fois, hein...j'ai faim...vais chercher un truc à becter...

09:50 Écrit par Catalyseur dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

09/01/2008

I love you Mary Jane...

Mouuuuuuuuaaaahhhh !!! (cri du baillement spontané et plein d'une languide molesse)...C'est pas bien...Votre serviteur est dans un état de faditude (clin d'oeil à Chilan et ses mots à la *** Moqueur) absolue due à l'action conjuguée d'une bonne nuit de sommeil réparatrice; d'un réveil peinard et tardif ; d'un dose non négligeable de tetrahydrocanabinol-isomère-delta-9 circulant dans mon système sanguin suite à l'inhalation répétée de ce qu'on nomme usuellement "joint"...hum...y a qu'à me relire pour en être convaincu. Clin d'oeil

 

Bref, de service "soir" (comprendre à la commission, 13h45-20h00...Dur la vie d'eurocrate !) aujourd'hui pour cause de première comparution pour divorce par consentement mutuel devant le président du tribunal de première instance ce matin...ouah....Dit comme ça on ne dirait pas qu'en fait c'est entrer dans un bureau devant deux gugus en robe noir...dire bonjour...Tendre le dossier qu'on vous a donné 5 minute avant dans le couloir...blablablabla...voulez-vous toujours divorcer...oui...oui...bien, on se revoit dans 3 mois...délais de réflexion...blabla...Au revoir. 5 minutes montre en main...Sortie du  tribunal, l'au revoir tout à fait indifférent à la bientôt-future-ex-madame-catalyseur, le coeur battant tout de même un peu vite de la banale étrangeté de la situation...

Moi je dis : I love you Mary Jane !!! Parce que forcément c'est pas un moment qui est supposé se représenter souvent dans une vie et qui n'est pas forcément agréable que celui de divorcer. C'est bien d'être un poil "high" dans ces instants là...tout est gentiment enveloppé de coton et on atteind un étrange détachement face à la situation...moi j'aime bien...

14:20 Écrit par Catalyseur dans Général | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

07/01/2008

Down in the hole

Après une petite journée cool de permanence la semaine passée alors que c'était toujours férié à la Commission, aujourd'hui est ma vraie reprise au boulot. Quel joie de retrouver ces petites habitudes qui font mon quotidien...le réveil à 6h30 qu'on maudit avant d'écraser la touche "snooze" pour se retourner sous la couette avec déjà l'irritation de se dire que ce n'est que pour 9 minutes avant que la fatalité se rappele à vous...la nuit encore présente tandis que je prends la bagnole pour aller inévitablement rejoindre les bouchons à partir de Rosière...les mêmes animateurs qui déconnent à la radio et qui vous arrachent parfois un ricanement brisé mais cela reste de la bonne humeur n'est-ce pas ?...Vaut mieux rire que pleurer de toute façon...Les crétins, les connasses, les inconscients, les endormis, les petasses, les peteux, bref, LES GENS me gavent déjà rien qu'à les croiser en voiture ou les suivre sur un boulevard...Les triples bisous de nouvelle année aux collègues accompagné du vômitif "...et surtout bonne santé"...

Bref, c'est pas la pèche du tout aujourd'hui et le moral est plutôt down. Je me rends compte qu'aussi volontaire et positif puis-je être dans l'épreuve, je ne suis pas non plus superman. Et puis à quoi ça sert tout ça ? Hein ? Se lever alors que notre corps réclame de dormir ? Travailler dans le stress, l'urgence, la pression histoire de gagner tout juste de quoi payer les factures de son logement, sa voiture,etc...Et bien entendu dans le stress, l'urgence et la pression...Parce que ce n'est pas que le boulot qui vous ronge, vous use, vous épuise : c'est la vie dans son ensemble. Produire, consommer, crever et entre temps, on espère, quelques moments de bonheur...Et encore, en espérant que ces quelques moments de paix et de joie ne se prenent pas au détriment de quelqu'un d'autre comme c'est trop souvent le cas.

Evidemment je noircis le tableau (quoique ???) !!!! Qu'espériez-vous donc de ma part ? En trois ans j'ai réussi l'exploit d'atteindre quasi simultanément une série d'objectifs, de rêves que j'avais : avoir une relative stabilité professionnelle, acheter ma maison, épouser ma compagne et commencer à envisager de transmettre mes pauvres gêne...Et j'ai aussi réussit à quasi tout perdre dans la foulée : plus de stabilité professionnelle, plus d'épouse, pas d'enfant...Il me reste la maison, tant que je pourrais l'assumer...rien n'est moins sur...Décidement, pas le moral pour l'instant. Vivement ce soir qu'on se couche.

10:10 Écrit par Catalyseur dans Général | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

02/01/2008

02/01/2008...premier jour de travail d'une nouvelle année...

Salut...salut vous qui êtes de l'autre côté à lire ces quelques lignes...quelques blogueur "d'avant", quand j'écrivais...très irrégulièrement cela va de soit... dont la plupart ont déjà du disparaître de la toile...Salut à vous, les nouveaux qui tomberaient ici par un hasard un peu cynique dans le meilleur des cas...Un désoeuvrement ennuyé dans beaucoup d'autre j'imagine.

 Ah oui...j'oubliais le sempiternel, inévitable et totalement convenut : bonne année...et bonne santé, hein !?!...Parce que tant que la santé va, tout va, n'est-ce pas ? BULLSHIT !!! Grrr...ben oui désolé, on ne se refait pas...au bout de deux ans d'absence je ne suis pas vraiment calmé...que du contraire...Je n'aurais pas la mauvaise fois de nier mes responsabilités mais bon, j'ai appris un truc de plus sur la liberté...Celle des autres peut vous coûter cher à vous...terriblement cher. Je ne parle pas de pognon évidemment...Vous me connaissez un peu...enfin, suffira de relire deux trois conneries pondues il y a longtemps...vous verrez...je parle en tripe, en larmes,  de celles qui vous cassent en deux et vous coupent les jambes au point que vous tombiez à genoux...Pas abattu, ce serait trop facile...Trop simple, trop direct voir totalement vulgaire...Juste un genou en terre en fait, le souffle court mais qui s'apaise...

Une année de lutte quotidienne vient de s'achever...contre la colère, la souffrance, la tendresse enfuie, les mots durs qu'on regrette mais pas tant que ça...On se bat tous les jours pour simplement assurer le quotidien...Bah, rien de bien extraordinaire...le boulot, les trajets, les factures qui tombent, le salaire trop vite dépensé, la fatigue, le stress, la pression...Pas le droit à l'erreur, jamais...Trop dur avec soi-même, trop dur avec les autres...Un nouvel an l'année passée, comme cette année à peu de choses prèt dans la forme, sinon dans le fond...Seul et apaisé tout autant que cruelle blessé de l'être...Seul mais pas isolé, non, ça non...Une famille formidable, des amis fantastiques...le boulot, ça va, sans plus...Puis je garde la maison...Je l'aime bien ma maison, celle qui était notre maison...On l'avait achetée pour ça...Notre foyer....

 

Maintenant, c'est ma maison...Il reste une malle de son arrière-grand mère et une vielle chaine hifi pourrie...quelques produits de beauté que je n'ai même pas pris encore la peine de balancer...6 mois pour reprendre toutes ses affaires...Elle aurait peut-être voulu les récupérer...ou elle s'en fout, ce qui est aussi bien...en fait ce n'était pas les trucs à elle qui restaient qui me travaillaient...ça je le sais depuis longtemps, 6 mois en fait...ce qui me bouffait les nerfs c'était de me dire que cela multiplirerait les occasions de devoir la voir...J'ai plus envie de la voir...de savoir si oui ou non ça va pour elle...de constater la dégringolade tellement systématique de ce qu'elle choisit de faire qu'on finirait par la croire volontaire...pauvre victime...Je te vois te débattre contre la vie, la vraie, celle que tu croyais qu'on croquait à pleine dent comme à la télé ou dans les dessins animés de tonton Disney...Alors ?...C'est comment la liberté sans Meg Ryan et Tom Hanks dans les premiers rôles ?

Moi j'ai des bons moments...Souvent en fait...J'en paie aussi le prix...il y en a toujours un et les abus ont le leur...Un peu plus en cette fin d'année...Tradition oblige, bien entendu. Enfin, pas trop non plus...Faut pas oublier que ce n'est qu'une trêve, le combat reprend toujours et ne s'arrête qu'avec son inéluctable conclusion qu'on se souhaite tous lointaine...bien entendu...donc repos, isolement, glande...on ne se refait pas...les petites bouffes à l'improviste...les verres en ville avec les potes...réveillon raz-le-bol, nervous breakdown...il était temps...6 mois sur ce tempo là, c'est pas bon, pas bon du tout...tequila, vin, petard...joli représentant du trentenaire divorcé (ou presque) relativement nanti et qui de toute façon s'en fout un peu de tout sauf de l'essentiel et surtout du superflu...et vice et versa.

"Tu couperais pas tes cheveux ?...Tu devrais te faire une bonne séquence relooking !...T'aurais plus de chance si t'enlevais l'anneau à ton oreille...Si tu veux trouver quelqu'un tu devrais raser ton bouc...etc,etc."...J'adore...Ca me fait sourire à chaque fois...pas un vrai beau sourire non...un sourire en coin, entre je m'en foutiste et cynique...Nom de nom ! Mais qu'est-ce qui vous fait croire qu'à 33 ans, là maintenant, tout de suite après 9 ans et demi de vie commune à porter la quasi totalité des responsabilités fondamentales et concrète de la vie au quotidien dans un couple...Qu'est-ce qui vous fait croire que j'ai envie de retrouver quelqu'un maintenant ? Et qu'est-ce qui vous fait croire que je vais me refaire la vitrine pour mieux me vendre et ressembler à tout sauf moi ?...Pfffttt...Rien qu'à imaginer les étapes inévitables de la "parade amoureuse du mâle en rut à la recherche de sa femelle compréhensive" je suis fatigué...En offrant le premier café je suis déjà gonflé à imaginer la suite du processus...Trop énergivore...on verra ça en son temps, pour l'instant je m'occupe de moi et c'est déjà pas mal.

Vous l'aurez comprit, Catalyseur est de retour (ouaip, j'aime bien me la peter et parler de moi à la troisième personne, je trouve ça délicieusement arrogant et beauf' à la fois !)...Ca pourrait saigner...peut-être...ou pas...

09:41 Écrit par Catalyseur dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |