12/12/2005

Séquence "Gros-con-et-je-vous-merde !"

Les dépréssifs de tout poil me casse les couilles !!! Putain je les hais !!! Il y a même des jours ou je souhaiterais presque qu'on ait pitié de moi et qu'on les achève !!!
 
Ce n'est même pas que je leur refuse le droit d'être dépréssif et d'avoir des emmerdes dans la vie. C'est vrai que ce n'est pas toujours évident de faire face au monde de merde dans lequel on vit et de s'en sortir. Ils ont donc le droit d'être dépressif quand ca s'accumule sur leur pauvre tête...Ce serait presque naturel. Ce qui me casse sévèrement les bonbons c'est que généralement le dépressif il aime bien partager sa douleur et que je dois avoir la bonne tête de celui qui écoute et comprend....Et en plus j'écoute et je comprends pour couronner le tout.
 
Non, ce qui me gonfle vraiment à fond c'est que le dépressif il focalise à mort sur un truc, généralement anodin et de peu d'intérêt mais que cette putain de connerie de merde semble lui prendre toute ses pensées, occuper tout son émotionnel.
 
J'en ai rien à foutre que tes voisins claquent la porte quand ils entrent ou ils sortent !!! Non tes potes de fac' d'il y a 10 ans ne sont pas responsable qu'à 30 ans tu sois toujours puceaux parce que tu n'as jamais osé aborder une fille ou quand tu le faisais c'était pathétique à en pleurer !!! Si le fait que ta voisine de bureau super-bien-foutue porte des mini-jupes t'insupporte parce qu'elle te renvoit à tes 30 kg de trop, coupe toi une jambe puisque tu es trop faible moralement pour faire un régime !!!....Bref, prenez-vous en main et secouer la merde de vos yeux au lieu de chialer sur ce que les autres devraient faire pour que vous vous sentiez mieux !!!

12:09 Écrit par Catalyseur | Lien permanent | Commentaires (6) |  Facebook |

09/12/2005

introspection rétroactive

Ouah, ca en jete un titre pareil ! Tout ça pour résumer en deux mots que je me suis amusé à jeter  un oeil sur mon premier blog rapidement avorté. Ca m'a fait un peu bizzare je dois dire. Cela date de deux ans plus ou moins et je suis assez surpris de constater les changements intervenu dans ma vie depuis cette époque. Un sentiment étrange de lire ses pensées en ayant l'impression qu'il y a un décalage très net d'état d'esprit. Enfin...c'est plus complexe que ça. C'est moi, c'est mon état d'esprit, ma façon de penser n'a pas changer, c'est juste l'expression de tout ça qui s'est adoucie...Sans doute que l'évolution de ces deux dernières années m'a (aaaarrggh, putain, je hais ce terme mais je dois être honnête !)....embourgeoisé ?
 
C'est vrai qu'en deux ans j'ai acheté une maison et épousé celle avec qui je suis depuis 8 ans. La stabilité professionnelle en plus et des revenus certe un peu short mais viable nous permettent d'envisager l'avenir avec plus de sérénité et quelques rêves prudents. La vie va mieux, l'envie de cracher dessus s'estompe. Pourtant ma révolte est toujours là, toujours sous-jacente, comme une braise couvant sous la cendre. Il y a toujours autant de choses dans ce monde qui suscitent ma colère, mon amertume et le bon vieux fond de cynisme froid que je ne peux pas nier. Ca me fait justement penser qu'il revient de temps à autre brutalement à la surface ce cynisme froid. A l'occasion d'une soirée bien arrosée ou les vannes et les discussion enflammées fusent dans tous les sens par exemple...Soudainement, presque malgré moi, une phrase ou une intonation me titille plus que de coutume et la répartie, le commentaire assassin et cinglant déchire l'air et un blanc de quelques secondes s'abat...On me regarde avec un brin de surprise et ceux qui me connaissent depuis longtemps sourient avec un éclat d'amusement pervers dans le regard...Ils savent bien eux...Ils savent que derrière la façade lisse et généralement politiquement correcte que je me suis forgée par nécessité au fil des années il reste une révolte profonde, une envie de secouer les gens comme des pruniers pour leur virer la merde des yeux...Peut-être est-ce cela de vieilllir ?...A moins qu'il s'agisse de sagesse ?...En tout cas je sens que je n'ais pas fini de cracher ma rage.

11:49 Écrit par Catalyseur | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |