18/08/2004

Du mal de vivre.

Putain de merde, je ne sais pas si c'est le temps mitigé et chaotique de cet été, les JO, la guerre en Irak ou le mariage prochain de cette connasse de Britney Spears, mais j'ai la vague impression que deux personnes sur trois que je croise déprime à mort !!! C'est quoi ce bordel ? Alors je me dis que le moins que je puisse peut-être faire, c'est leur offrir une oreille attentive s'ils le souhaitent...Et ils le souhaitent les bougres !!! Donc depuis une dizaine de jour à chaque fois que je tape la tchatche avec un ami, une collègue, une connaissance vague un flot de malheur se déverse comme un barrage qui lache après une période de crue intense difficilement contenuent...Enfin, je dis malheur mais je devrais plutôt dire mal-être.
 
Parce que mis à part les petits incidents du quotidiens propre à chacun d'entre nous, quand la discussion se prolonge au dela des banalités d'usages, il reste ce constat éffarant pour moi : tout ces gens n'ont aucune raison de se morfondre voir carrément s'éffondrer comme ils le font ! Pire encore, beaucoup d'entre eux précisent même au bout de quelques minutes qu'en fin de compte ils ne savent pas pourquoi ils se sentent aussi abattu !!!...Le boulot va bien (ou pas trop mal), la famille va bien, les finances vont bien, les amours vont bien ou s'améliorent...Alors pourquoi ? A croire que c'est devenut un réflexe conditionné dans notre société que de se plaindre...
 
A bien y réfléchir, il est aussi possible que le réflexe ne soit pas forcément celui de se plaindre envers et contre tout...Je pense en fait qu'il s'agit plutôt une conséquence d'un autre problème plus fondamental : la précarité grandissante de quasiment tous les secteurs de nos vies...plus rien n'est stable, plus rien n'est acquis, tout est sacrifiable...Et bien vous savez quoi ? CA ME PREND LA TETE !!! lol ;o)

15:56 Écrit par Catalyseur | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

09/08/2004

I'm still alive !

Mouais, je sais ca fait vachement longtemps que je ne suis plus revenu poster quoique ce soit sur ce blog, MON blog...Mouarf...Plus j'y pense plus je me dis qu'il est bien à l'image de son redacteur ce blog : des moments de frénésie anarchique suivi d'une léthargie prononcée et durable. C'est que votre serviteur est une petite nature ou plutôt devrais-je dire une nature faible. Que voulez-vous, je suis un fainéant absolut vis à vis de toute chose mis à part ce qui n'est pas obligatoire ou qui me tient particulièrement à coeur. Et c'est bien là le problème, c'est que mon coeur est vaste de sentiments divers vis à vis de beaucoup de choses mais rarement, très rarement, l'indifférence prévaut ou si c'est le cas, c'est une indifférence de surface pour éviter que le tumulte intérieur n'explose...Singer l'indifférence, c'est aussi se protéger, non ?
 
Cependant, durant ces quelques mois, je ne suis pas totalement resté déconnecté de la blogosphère même si à aucun moment je n'ai voulu ou pu y laisser ma trace  (et même encore quand je le pouvais et le voulais, je ne l'ai pas fait...paresse, paresse quand tu nous tiens). J'ai continué à lire les blogs de Extralude et Eruwill par exemple, suivant leurs tribulations quotidiennes avec un recul cynique qui parfois me fait froid au dos quand je prends la peine de l'analyser avec objectivité. Comment puis-je être à la fois aussi empathe des douleurs de mes contemporain sans pour autant arriver à réagir le moins du monde pour les soulager ? Peut-être parce qu'au final je suis persuadé que l'humain triche depuis trop longtemps avec la sélection naturelle ?...Quand je dis ça à ma mère, elle me répond, troublée, que avec ses problèmes de coeurs ou mes faiblesses immunitaires de naissance (vous en connaissez beaucoup des mômes qui ont réussit à faire 3 rougeoles avant d'être immunisés ?) la sélection naturelle nous aurait emportée depuis longtemps sans les artifices de la médecine. Pourquoi est-ce que je n'arrive pas à lui dire que justement, c'est ça le problème ?...Je n'ai aucune envie de mourrir, je pense avoir encore des petits instants de bonheur quotidiens à grappiller encore au cours de ma vie mais fondamentalement j'ai l'impression que je ne suis pas à ma place sur cette terre, que je ne devrais plus être là depuis longtemps et que ce que je consomme d'air, d'eau, d'énergie, de ressources naturelles ou économique est un inutile gâchis de moyens qui pourraient profiter beaucoup mieux à d'autres...
 
Puis je balaye une fois de plus ces pensées d'un rictus cynique et d'un haussement d'épaule fataliste...Who cares...Je suis là le temps que je réussirais à tenir...C'est que la vie tue, vous ne le saviez pas ?...A partir de là, il me reste à agoniser avec dignité durant 40 ou 50 ans plus ou moins si j'en juge les statistiques d'espérance de vie actuelle...Un paille...

13:31 Écrit par Catalyseur | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |